2023 Thomas Lebrun / L’envahissement de l’être (danser avec Duras)

Thomas Lebrun

L'envahissement de l'être (danser avec Duras) [création]

  • 09.02 | 20h
  • 10.02 | 20h
  • 11.02 | 20h
  • 12.02 | 15h
Durée : 60 min
Tarifs : de 10€ à 16€
Infos pratiques :

Bord plateau le 10/02

Et si Marguerite Duras chuchotait à l’oreille de Thomas Lebrun ?

La parole de Marguerite Duras, sa voix comme ses mots, est une source bouleversante, une cataracte d’émotions, un flux de pensées qui accompagne Thomas Lebrun depuis longtemps. Après avoir fait le chorégraphe pour de nombreux danseurs, il ressent le besoin de revenir au solo et de danser avec Duras, — grande sœur en art, confidente merveilleuse —  un duo d’amour respectueux.

Thomas Lebrun, en forme de confidence, nous livre « l’envahissement de l’être » que l’on ressent lorsqu’on écrit, lorsqu’on transmet, lorsqu’on danse et qui plus est lorsqu’on oublie que l’on danse. Car derrière cette rencontre se profile un désir d’envol, de libération, une soif encore, une volonté d’approcher ce qui serait le ravissement, ultime paradis à gagner, à partager.

Biographie

Interprète pour les chorégraphes Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve ou encore Pascal Montrouge, Thomas Lebrun fonde la compagnie Illico en 2000, suite à la création du solo Cache ta joie !. Implanté en région Nord – Pas de Calais, il fut d’abord artiste associé au Vivat d’Armentières (2002-2004) avant de l’être auprès de Danse à Lille / Centre de Développement Chorégraphique (2005-2011).

On prendra bien le temps d’y être, La Trêve(s), Les Soirées What You Want ?, Switch, Itinéraire d’un danseur grassouillet ou La constellation consternée sont autant de pièces que d’univers et d’esthétiques explorés, allant d’une danse exigeante et précise à une théâtralité affirmée.

Depuis sa nomination au Centre chorégraphique national de Tours en janvier 2012, Thomas Lebrun a créé 14 pièces et a coécrit plusieurs pièces, notamment avec Foofwa d’Imobilité (Le show / Un twomen show), Cécile Loyer (Que tal !) et Radhouane El Meddeb (Sous leurs pieds, le paradis),

Il chorégraphie également pour des compagnies à l’étranger, comme le Ballet National de Liaonning en Chine (2001), le Grupo Tapias au Brésil (Année de la France au Brésil en 2009), Lora Juodkaité, danseuse et chorégraphe lituanienne (FranceDanse Vilnius 2009), 6 danseurs coréens dans le cadre d’une commande du Festival MODAFE à Séoul (FranceDanse Corée 2012), les danseurs de la compagnie Panthera à Kazan en Russie (FranceDanse Russie 2015) et la compagnie singapourienne Frontier Danceland (2017).

Parallèlement, il reçoit régulièrement des commandes. En juillet 2010, il répond à celle du Festival d’Avignon et de la SACD (Les Sujets à Vif) avec la création du solo Parfois, le corps n’a pas de coeur. De même, il chorégraphie et met en scène Les Fêtes d’Hébé, de Jean-Philippe Rameau, en mars 2017 pour l’Académie de l’Opéra national de Paris, présentées à l’Auditorium de l’Opéra Bastille à Paris et au Britten Theatre de Londres.

Depuis sa nomination à la direction du Centre chorégraphique national de Tours en janvier 2012, Thomas Lebrun a créé 14 pièces chorégraphiques et diffusé son répertoire pour plus de 720 représentations partout dans le monde. Pédagogue de formation, il place la transmission au coeur de sa démarche. 

Depuis 2018 et en lien avec le CDCN de Guyane et Tropiques Atrium, scène nationale de la Martinique, il développe « Dansez-Croisez », un projet d’échanges et de croisements chorégraphiques avec les artistes des territoires d’Outre mer et de la Caraïbe en métropole et intervient en Guyane, Martinique, Guadeloupe et à Cuba.

En juin 2014, Thomas Lebrun a reçu le Prix Chorégraphie décerné par la SACD et, en mars 2017, a été nommé au grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Production

Production : Centre chorégraphique national de Tours

Distribution

Conception chorégraphie et interprétation : Thomas Lebrun
Création lumières : Françoise Michel
Création sonore : Maxime Fabre
Création costumes : Kite Vollard
Musiques envisagées et textes : Le ravissement de la parole / Marguerite Duras / INA, JS Bach, Carlos d’Alessio, Gabriel Yared, Jeanne Moreau, Schubert, …

photo © Frédéric Iovino