2023 Sylvère Lamotte et Stracho Temelkovski / Tout ce fracas

Sylvère Lamotte et Stracho Temelkovski

Tout ce fracas

  • 07.02 | 20h
Durée : 60 min
Tarifs : de 10€ à 16€

Indéfectibles corps entre eux

Le travail chorégraphique de Sylvère Lamotte cherche à éprouver le corps et ses limites. Qu’est-ce que peut le corps ? Au fil de ses créations, sa réponse est une découverte émerveillée du déploiement des possibles magnifié par la danse, bien au-delà des apparences et des questions sur l’empêchement, le handicap ou l’immobilité. Tout ce fracas témoigne parfaitement du rayonnement que chacun possède, de l’essor qu’il s’autorise et qu’il construit, pas à pas. Il déclare artistiquement que nous sommes tous en mouvement, tous en réhabilitation, que la communauté nous porte. Ainsi, trois danseuses s’exposent sans fard et offrent une danse brillamment essentielle, fichée au plus profond, là où on ne peut cacher ni mentir. On y entend le fracas de l’espoir.

 

 

Biographie

Sylvère Lamotte se forme à la danse contemporaine au Conservatoire national de Région de Rennes, puis au Conservatoire national de Danse de Paris. En 2007, alors en dernière année au Junior ballet, il intègre le Centre chorégraphique d’Aix-en-Provence au sein du GUID (Groupe Urbain d’Intervention Dansée), programme initié par le Ballet Prejlocaj. Curieux des univers de chacun, ouvert à diverses influences, Sylvère Lamotte travaille en tant qu’interprète auprès de chorégraphes aux univers variés : Paco Decina, Nasser Martin Gousset, Marcia Barcellos & Karl Biscuit, Sylvain Groud, David Drouard, François Veyrunes, Alban Richard, Perrine Valli et Nicolas Hubert.

Nourri de chacune de ces expériences, de chacun de ces langages, il en retient un goût pour la création collective et le mélange des influences. Il fonde en 2015 la Compagnie Lamento au sein de laquelle il explore, en tant que chorégraphe et interprète, ses propres pistes de travail.

Particulièrement attaché à la danse contact, Sylvère Lamotte expérimente notamment les moyens d’en faire varier les formes.

Avec la compagnie Lamento, il créé Ruines en 2015, Les Sauvages en 2017, L’écho d’un Infini en 2019 et Tout ce fracas en 2021 et Voyage au bout de l’ennui en 2022. Depuis les débuts de la compagnie, il multiplie aussi les collaborations avec les élèves de dernière année du CNDC d’Angers, du CNSM de Paris et de l’Académie Fratellini (Cirque) pour lesquels il crée plusieurs pièces de répertoire. Il collabore également avec le théâtre, notamment sur la pièce Un furieux désir de bonheur mise en scène d’Olivier Letellier (Centre Dramatique National, Les Tréteaux de France) ainsi qu’Un sacre de Lorraine de Sagazan et Guillaume Poix, pour lesquels il signe la chorégraphie.

Production

Production : Cie Lamento
Coproduction : La Maison / Nevers, scène conventionnée Art en territoire, Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France – Scène conventionnée, L’Estive Scène Nationale de Foix, micadanses-Paris, Chorège CDCN de Falaise Nomandie, Collectif Essonne Danse

 

Distribution

Conception et chorégraphie : Sylvère Lamotte
Assistant : Jérémy Kouyoumdjian
Regard extérieur : Brigitte Livenais
Interprètes Carla Diego, Caroline Jaubert, Magali Saby
Composition, interprétation, arrangement et design sonore : Stracho Temelkovski
Costumière : Charlotte Jaubert
Création lumières : Laurent Schneegans

photo © Gaelle Astier Perret