myriam-gourfink-i1

L’univers dansé de Myriam Gourfink emplit le regard d’un ordonnancement abstrait, en constate évolution, aussi fluide que lent, habité de foyers humains en recomposition incessante. Le point fixe du musicien jouant sur scène apporte plus qu’un contrepoint : un havre — un lieu où le geste recouvre une efficacité autre, directe et audible —, mais aussi un rebond, une activation, un redéploiement de la vision. Les huit danseuses ne sont que configurations éphémères, agrégats momentanés, possibles architectures dansées conduites inexorablement à la métamorphose.
Amas, qui se comprend également pour les fluides, les humeurs, les personnes… , traduit bien l’ambition de la chorégraphe de déployer (osons même : d’embellir) une complexité sereine, une certaine alchimie de l’espace intérieur et extérieur, opération mystérieuse offrant la danse comme élixir de vie.

Figure de proue de la recherche chorégraphique en France, mais également invitée par de nombreux festivals internationaux, Myriam Gourfink a été artiste en résidence à l’IRCAM en 2004-2005 et au Fresnoy-studio national des arts contemporains en 2005-2006.
De janvier 2008 à mars 2013, elle a dirigé le Programme de recherche et de composition chorégraphiques (PRCC) à la Fondation Royaumont, et de 2012 à 2014 a été artiste en résidence au Forum de Blanc-Mesnil et soutenue par le conseil départemental de Seine-Saint-Denis. De 2015 à 2016 elle est accueillie en résidence de saison à micadanses.